La Promenade sous les arbres, Philippe Jaccottet

promenadeDe telles rééditions méritent d’être saluées et qu’on fasse leur publicité. Le livre de Philippe Jaccottet dont la Bibliothèque des Arts donne une belle réédition aujourd’hui était paru en 1957 ; il n’a pas pris une ride. Philippe Jaccottet s’impose, à mon sens, comme un immense poète en prose, comme un pur écrivain de l’expérience poétique, ses Paysages avec figures absentes ainsi que cette Promenade sous les arbres en sont des exemples indéniables : la langue est claire et les images d’une limpidité rare.

Le livre s’ouvre sur une première partie en forme de retour sur les conditions qui l’ont poussé à écrire ce livre. Le poète évoque notamment un livre de George Russel, alias A.E., poète irlandais et grand ami de Yeats, Le Flambeau de la Vision, dans lequel A.E. entreprend de décrire sa fascination pour l’habitat terrestre, dans lequel il voit comme un Âge d’Or. C’est une véritable rencontre pour Jaccottet qui trouve l’expression d’un désir jusque là resté informulé. Les lignes où Jaccottet revient sur sa fascination pour « le monde extérieur » sont d’une beauté admirable, toute romantique, on les croirait traduites de Wordsworth :

Je ne pouvais plus détacher mes eux de cette demeure mouvante, changeante, et je trouvais dans sa considération une joie et une stupeur croissantes ; je puis parler de splendeur, bien qu’il se soit toujours agi de paysages très simples, dépourvus de pittoresques, de lieux plutôt pauvres et d’espaces mesurés. Or cette splendeur m’apparaissait de plus en plus lumineuse, aérée, et en même temps de moins en moins compréhensible. De nouveau, ce mystère nourricier, ce mystère réjouissant me poussait comme d’une poigne très vigoureuse vers la poésie […]

p. 14

L’attention au monde, à son évidence, sa lumière, sa mobilité, sa vie. On lira donc des pages sublimes, qu’il faudrait citer intégralement pour leur rendre justice, où le poète décrit le paysage de la Drôme où il réside qu’il voit à travers « ces fenêtres, depuis deux ans notre trésor ». Passion de décrire, bien sûr, de commenter la variété géologique et végétale, l’eau qui coule, la gradation et l’enchevêtrement des éléments, la syntaxe naturelle, passion de rêver au commerce des nymphes et des paysans, ou le retour des dieux; mais aussi lucidité à l’égard de la merveille naturelle, qui n’est qu’une illusion en lui – même si la beauté, toutefois, est un premier pas vers la vérité. Car Jaccottet ne décrit pas pour décrire, mais cherche à révéler la présence des choses, de la lumière, des coteaux verts, des montagnes. C’est en cela qu’il est poète : les images sont là pour interroger les choses, tenter d’approcher ce qui est leur mode d’être, elles ne sont pas l’ornement de la pensée mais son outil. La mémoire de Hölderlin traverse le livre, dont les odes ou les lettres sont parfois évoquées, parfois lues avec une intelligence fraternelle. Le tout coulant dans une phrase souple, laissant au fil des émotions et des souvenirs la liberté de se préciser et de s’enchaîner.

Florilège :

Aucun goût ne fut jamais en moi pour l’histoire, littéraire ou autre. C’est la terre que j’aime, la puissance des heures qui changent, et par la fenêtre je vois en ce moment précis l’ombre de la nuit d’hiver qui absorbe les arbres, les jardins, les petites vignes, les rocs, ne faisant bientôt plus qu’une seule masse noire où des lumières de phares circulent, alors qu’au-dessus le ciel, pour un moment encore du moins, demeure un espace, une profondeur presque légère, à peine menacée de nuages.

p. 40

Rivière précipitée ; foudre d’eau entre les herbes, circulation jamais interrompue de monnaie sur des tables de pierre… Un archer souterrain, du fond de quelque grotte à flanc de montagne, aurait-il tiré vers la mer cette flèche froide ?

p. 74-75

*

Philippe Jaccottet, Promenade sous les arbres, Bibliothèque des Arts, Lausanne, 2009, 130 p., 19 €

leslivres

One thought on “La Promenade sous les arbres, Philippe Jaccottet

  1. Theoma mercredi 21 octobre 2009 / 10:45

    Je note, je surligne, en gras ! Merci pour l’info.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s