Remarques sur Montaigne

Écrire, varier sur Montaigne, c’est d’emblée s’exposer à un grand vertige. Comment monter sur un cheval qui saute et gambade si librement, si indépendamment. Qui fuit, esquive, s’égare. On écrit sur Montaigne avec les mêmes incertitudes, les mêmes précautions et les mêmes doutes que lorsqu’on écrit sur un auteur vivant : un prochain livre pourrait venir contredire ce que l’on vient d’avancer, en réduire la portée, reléguer le commentaire au rang de paraphrase. Il est presque impossible d’abstraire un système de pensée des Essais, pour reprendre son terme, tout y branle. Mais lire Montaigne, au contraire, est rassurant, on se sent bien dans les Essais, on y est à l’aise ; malgré l’inquiétude permanente et l’obsession de la finitude, Montaigne est un auteur qui demeure fraternel, convivial, qu’une langue fleurie et franche rend à la fois drôle et grave. Montaigne peut devenir un bon ami ; Pascal, tout au plus, un frère dans la misère.

mont
Statue de Montaigne, rue des Écoles, Paris

Montaigne n’est pas un idéologue, c’est même un esprit qui se tient consciemment à l’écart des idéologies, des discours, pour prendre des termes d’aujourd’hui. Il appartient à ces écrivains de l’incertitude. Socrate, Descartes, Pascal… Mais la particularité de Montaigne, c’est que ces tendances affleurent naturellement, là où chez ces autres écrivains elles entrent dans une logique de démonstration ou d’édification, ou sont subordonnées à un plan intellectuel. Son scepticisme n’a rien de méthodique, il est bien loin d’avoir le drapé d’éloquence qui revêt le jansénisme de Pascal, il est plutôt du côté du bon sens. Une obsession de penser, une curiosité obstinée. Un bon sens, mais qui refuse de se replier sur ses certitudes et de glorifier sa lucidité. Montaigne a gardé une grande capacité d’étonnement ; l’émerveillement semble être chez lui un mode de tolérance. Chaque homme est « un tour de l’humaine capacité« , écrit-il, sous-entendant que chaque créature est égale aux autres en dignité, et surtout, refusant de considérer comme normale la forme la plus répandue, de se prendre comme point de vue ou comme modèle. Montaigne me semble un penseur du pourquoi pas ? une manière de s’ouvrir aux formes et aux êtres différents, avec un goût de l’étranger. Presque un goût de la subversion qui me rappelle Foucault.

*

Pascal lui reproche d’être égocentrique – pourquoi pas – mais je sens plutôt dans ce ressassement de sa vie la mise en scène d’une éthique, l’expression d’un souci de soi, pour reprendre l’expression de Foucault. C’est son côté Sénèque, la philosophie comme art de vivre : maîtrise des plaisirs, attente imperturbable (quoique mâtinée de désir) de la mort… Il est vrai qu’on ne pouvait pas penser à la fois un moi haïssable, et le souci de soi…

*

J’ai comparé trois fois Montaigne à Pascal. Cependant la sympathie que je porte au premier ne doit pas oblitérer ma très grande admiration pour le second, dont bien des pages ont sur moi un pouvoir de fascination inégalé. Il me semblait juste que le contraste était pertinent.

One thought on “Remarques sur Montaigne

  1. Amaury jeudi 12 février 2009 / 9:57

    Et il l’est. On peut entrer à tout moment dans Montaigne ; dans Pascal, en certaines occasions seulement.
    Le rapprochement avec Michel Foucault est plein de sens. Paul Veyne le formule dans son dernier livre d’ailleurs, « Foucault, sa pensée, sa personne ».
    On pourrait se dire que cela vient essentiellement d’une attitude stoïque face à la vie, et de la lecture prolongée, méditée, des stoïques eux-mêmes. Je pense qu’il y a plus que ça. Fondamentalement, les deux peignent, qui son moi, qui son monde, avec la conscience aiguë de leur éphémère, de leur nature de « branloire pérenne », face à laquelle il n’est qu’une « morale de l’inconfort ». Il y aurait probablement beaucoup à dire, ensuite. En ce qui me concerne, penser à tous deux comme des stylistes de l’incertain (parce que penseurs face à la vie) me suffit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s