« Scorn not the sonnet… », Wordsworth

Les lecteurs de ce blog ont sans doute remarqué mon goût prononcé pour le sonnet. J’épargnerai au diligent lecteur un pesant historique du sonnet, ou la typologie des manières de gérer les quatorze vers, à l’italienne, à la française, à l’anglaise… Il a même servi de thème à un sonnet de Keats, un sonnet sur le sonnet, dans lequel le poète anglais écrit que s’il faut enchaîner la belle langue anglaise, il vaut mieux que ce soit dans une forme qui l’élève, le sonnet est un divin soulier pour le pied nu de la poésie… Wordsworth, qui lui aussi a composé bien des sonnets, en a notamment consacré un au même thème dans lequel il célèbre grands usagers de cette forme. Wordsworth n’atteint pas ici le sublime  de Keats, mais j’aime beaucoup ce poème, qui sonne comme un léger bréviaire, une touchante commémoration des poètes. On ne s’étonnera pas qu’il termine par l’évocation de Milton, qui ne produisit en effet que vingt trois sonnets en anglais (too few !), et qui donna une nouvelle impulsion à la pratique de cette forme au sein de la langue anglaise, après, entre autres, Spenser, Sidney, Shakespeare ou Milton.

*

Ne méprise point le sonnet ; Censeur tu as injustement
Négligé ses mérites authentiques ; c’est cette clé
Qui permit à Shakespeare d’ouvrir son cœur ; la mélodie
De sa petite lyre a réconforté Pétrarque blessé ;
Le Tasse mille fois a soufflé dans sa flûte ;
Camoens, souffrant en exil, a soupiré grâce à lui;
Le Sonnet faisait étinceler l’heureuse feuille de myrte
Parmi le cyprès dont Dante couronna
Son front visionnaire : torche luisant tel un vers,
Spenser en fut réjoui, descendant du pays des fées
Pour lutter le long des chemins obscurs ; et quand s’abattait
Le brouillard sur le chemin de Milton, entre ses mains
L’objet devenait une trompette, par laquelle il répandait
De ces strophes qui réveillent les âmes – hélas trop peu !

© Maxime Durisotti, octobre 2008, traduit de l’anglais d’après l’édition des Major Works de William Wordsworth par Stephen Gill, Oxford University Press, 2000

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s