« Double absence », Edwin Muir

Edwin Muir
Edwin Muir

Edwin Muir (1887-1959) est un poète écossais dont l’œuvre témoigne un grand attachement à la terre natale, son histoire et ses légendes. Son enfance dans la campagne de l’Orkney (archipel au nord de l’Ecosse) lui a laisse le souvenir d’un Age d’Or dont il évoque de manière touchante la mémoire encore très présente chez lui : adulte, il a encore « One foot in Eden », son enfance est pareille à un mythe, écrit-il aussi, l’éclairant de cette lumière particulière qu’ont les fables, les récits archaïques. Son talent fut notamment de décrire la déchirure entre le paradis perdu de son enfance et les tragédies du XXe siècle. T.S. Eliot a salué très tôt le talent poétique de Muir, qui a fait la première édition de poèmes choisis dès 1965. Sa poésie, d’un accès assez facile en anglais, n’a donné lieu à aucune traduction en français (sinon bien peu…) ; bien que lui-même ait été traducteur, le premier traducteur anglais de Kafka notamment. Je vous propose donc la traduction d’un petit poème, « Double absence », une belle rêverie sur le crépuscule…

*

DOUBLE ABSENCE

La lune rouge de rouille dessus le nuage rouge de rose,
Présents, dans l’éther, du soleil qui s’éclipse,
Qui brille pleinement sur d’autres terres à présent
Et bientôt tracera son chemin des centaines de miles
Par-delà le paisible Atlantique, ce sein tranquille.
La fumée s’élève, solide, arbre de cendres
Issu de la haute cheminée de l’abbaye. Un sycomore
Porte sur sa plus haute branche une grive qui chante,
La poitrine offerte à l’adieu du soleil enseveli.
Ces bonheurs si rares, le hasard ne les porte
Que là où l’esprit ingénieux ne se risque déjà plus,
Où l’étrange a dépassé le sens, et les laisse, seuls, à leur place.
A présent la lune s’échappe, claire, pâle, fiévreuse,
Hors de la nuée dispersée de cendres à la dérive,
Tandis qu’en mon esprit est suspendue, double absence,
La lune rouge de rouille dessus le nuage rouge de rose.

Edwin Muir

traduit par Maxime Durisotti, juin 2008, d’après l’édition des Selected Poems d’Edwin Muir, choisis et présentés par Mick Imlah, Faber & Faber, 2008

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s